Be Circular

Des matériaux de construction avec une deuxième, une troisième, une quatrième… vie

18/01/2021 | Des matériaux de construction avec une deuxième, une troisième, une quatrième... vie |

Un hangar de production circulaire & modulaire sur un terrain vague bruxellois, Nicolas Coeckelberghs

BC Materials (lauréat Be Circular 2017) transforme les terres excavées des chantiers urbains en briques de glaise et plâtre d’argile selon un processus circulaire sans fin. Noblesse oblige: l’entrepôt où ils stockent leurs matériaux est lui aussi entièrement circulaire. Tous les éléments peuvent être démontés et réutilisés.

Comment vous est venue l’idée de l’entrepôt ?

Nicolas Coeckelberghs – BC Materials revalorise les déchets de terre provenant de projets de construction bruxellois en matériaux de construction argileux. Il nous fallait un endroit pour stocker d’abord provisoirement ces terres, pour les traiter et les entreposer en vue de leur vente. D’un point de vue environnemental, il était préférable que nos activités soient localisées à Bruxelles afin de pouvoir faire un produit local, proche de notre matière première. Mais louer un terrain ou un entrepôt est assez cher ici. C’est pourquoi nous avons recherché une solution provisoire, peu onéreuse en attendant que nos produits aient plus de notoriété et que les affaires marchent. Nous l’avons trouvée au port de Bruxelles, où les terrains à l’abandon sont nombreux.

Tous les matériaux de l’entrepôt sont réutilisés ou réutilisables ?

Nous voulions concevoir l’entrepôt le plus simplement et le plus efficacement possible afin de pouvoir le démonter par la suite, le déménager et le remonter. Les nouveaux profils de toiture en acier sont vissés dans la structure du toit afin que nous puissions les emmener. Les blocs de béton joliment patinés traînaient autour d’un chantier d’une société de construction et nous avons pu les acheter pour une bouchée de pain. Et c’est la même chose: vous utilisez une grue pour les mettre sur un camion et en une journée, vous les avez déménagés.

Les containers sont d’occasion. Certaines dalles en béton sont du réemploi, d’autres sont neuves. Elles sont tellement robustes qu’il est très facile de les revendre. Ce qui est impossible avec un sol en béton que vous coulez.

Qu’avez-vous tiré de ce projet ?

En tant qu’architecte, je trouve que c’est un beau bâtiment et nous avons reçu beaucoup de compliments d’autres collègues. C’est simple et vraiment pas cher. Toute la valeur du bâtiment réside dans les matériaux. C’est une sorte de banque de matériaux qui sont empilés et que vous pouvez emporter. Certaines personnes craignaient que le toit ne s’envole mais entre-temps, nous avons déjà essuyé quelques tempêtes. Et nous avions évidemment fait nos calculs. Nous ne nous attendions dès lors pas à avoir des problèmes.

Pouvez-vous conseiller ce type d’entrepôt à d’autres entreprises ?

C’est une solution idéale pour un projet provisoire. Les blocs de béton, les dalles de béton et les containers permettent d’utiliser une méthode de construction très intéressante. D’un autre côté : que veut dire provisoire ? Lorsque vous avez une construction permanente, il arrive qu’elle ne soit plus au goût des gens après quinze ans et les matériaux peuvent alors avoir une seconde vie.

Pour en savoir plus, visitez :  circularprojects.brussels