Be Circular

Dans quelle mesure l’économie bruxelloise est-elle circulaire ?

12/04/2019 | Dans quelle mesure l’économie bruxelloise est-elle circulaire ? |

Les villes et régions pionnières de l’économie circulaire doivent encore explorer et inventer elles-mêmes les outils qui leur permettront d’évaluer leur processus de transition. La Région de Bruxelles-Capitale a relevé le défi de mesurer ses progrès dans le cadre de son Programme régional en Economie Circulaire (PREC) en cours depuis 2016.

Certes, il existe déjà des indicateurs de développement durable qui permettent de se situer par rapport à d’autres villes comparables mais « le même exercice appliqué à la circularité des villes et régions est encore embryonnaire », souligne Patrick Van Den Abeele, coordinateur du chapitre « Indicateur » du PREC. La Région de Bruxelles-Capitale s’est ainsi associée au Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE) et à son réseau d’experts, le GIREC (Global Initiative for Resource Efficient Cities). Le PNUE a proposé d’identifier des indicateurs existants à Bruxelles ou ailleurs, d’ordre environnementaux, sociaux ou économiques et qui pourraient venir figurer dans un tableau de monitoring de la circularité de la région.

Un exemple pour le monde

Le PNUE  salue le PREC comme un exercice « pionnier », qui porte des « leçons importantes pour d’autres villes ». Bruxelles, en tant que capitale de l’Europe, « est bien placée pour influencer les pratiques européennes et mondiales dans le domaine de l’économie circulaire », notamment en développant son propre cadre pour des indicateurs pertinents. Ils pourraient un jour être intégrés dans les futures normes ISO en développement.

« C’est un premier exercice qui doit s’inscrire dans un processus de longue haleine », selon P. Van Den Abeele. Car l’économie circulaire « est comme un puzzle complexe, composé d’une multitude de sous-systèmes, de variables, de flux et d’acteurs qui interagissent entre eux de façon constante ».  Sa mise en œuvre et son évaluation exigent donc de prendre en compte le système dans son ensemble et d’impliquer une multitude d’acteurs, ce qui nécessite du temps.

Des indicateurs très utiles

Mesurer l’augmentation de la qualité de la vie des habitants résultant d’une meilleure utilisation des ressources existantes ou la création de nouveaux métiers « est un enjeu important », d’après P. Van Den Abeele. Le rapport du PNUE estime ainsi à  9,65% les emplois dans la région de Bruxelles-capitale liés à l’économie circulaire. C’est la première fois que cet exercice de calcul est réalisé pour Bruxelles. Une indication, certes intéressante du point de vue politique, mais qui devra être complétée par d’autres indicateurs relatifs à la qualité de vie globale, encore à inventer.

Autre objectif pour de futurs indicateurs : estimer l’impact d’une politique régionale d’économie circulaire sur les émissions de CO₂. Car elle pourrait potentiellement les réduire en augmentant la durée de vie des produits et l’intensité de leur utilisation. Le Circularity Gap report publié par Circle Economy en 2019 a estimé en effet qu’au niveau mondial, 62% des gaz à effet de serre étaient émis avant même la phase de consommation, càd au moment des phases d’extraction, de transformation et production.

Elargir sa vision

Le PNUE insiste aussi sur la nécessité pour Bruxelles-Capitale de voir au-delà de ses frontières : aucune ville ne peut espérer être circulaire si elle ne sort pas de son cadre territorial, vu que les flux, comme l’eau ou l’énergie, ne s’y limitent pas. Bonne nouvelle : le dialogue est déjà instauré entre les différentes entités belges. La région de Bruxelles-capitale participe ainsi aux côtés des autres régions belges et des autorités fédérales à un groupe de travail belge sur les indicateurs d’économie circulaire, mis en place à l’initiative du SPF Economie,

Dans le même temps, le PNUE propose d’analyser les flux de ressources au niveau « granulaire », c’est-à-dire à l’échelle des quartiers, afin de mieux cibler les incitations économiques et politiques pour accélérer la transition, en prenant en compte les objectifs environnementaux, de qualité de vie et de santé.

Le rapport « Brussels-Capital Region : Circular Economy Transition » édité par le PNUE est disponible ici .