Be Circular

Aides économiques indirectes

circlemade.brussels : favoriser la transition vers de nouvelles filières d’économie circulaire à Bruxelles

06/06/2018 | circlemade.brussels : favoriser la transition vers de nouvelles filières d’économie circulaire à Bruxelles |

Le 24 mai, greentech.brussels lançait le nouveau cluster circlemade.brussels. Un cluster entièrement dédié à l’économie circulaire, rassemblant des acteurs de tous secteurs, une grande première…

Le Programme Régional d’Economie Circulaire (PREC) poursuit la transition de l’économie bruxelloise engagée depuis 2016. Après avoir créé un courant rassembleur autour de l’économie circulaire, le PREC stimule la collaboration des acteurs économiques au sein de nouvelles filières multisectorielles. Une plateforme de dialogue, d’échange d’expériences, d’apprentissage et de création de projets sera lancée le 24 mai : circlemade.brussels. Porté par hub.brussels, l’Agence Bruxelloise d’Accompagnement des Entreprises, c’est un cluster regroupant les acteurs de l’économie circulaire qui ne se connaissent pas ou peu. Il va permettre d’établir des ponts, puis de tisser des liens entre eux et ce, autant entre les entreprises ayant une offre concrète en économie circulaire qu’avec les organismes de soutien.

Circulaire plutôt que linéaire

La véritable innovation de l’économie circulaire est de prendre en compte l’ensemble du système et non chaque partie isolée d’une chaîne de valeur.  Les entreprises collaborent ainsi pour créer des chaînes de valeur cycliques – où les déchets de l’un sont les ressources de l’autre, par exemple – plutôt que linéaires, comme dans l’économie classique. En d’autres termes, au lieu de créer des déchets à chaque étape de la chaîne de valeur, l’économie circulaire permet de créer de la valeur en rassemblant des entreprises pour travailler ensemble autour de projets concrets.

Créer la confiance

Mais pour cela, « il est essentiel de créer la confiance », selon Anthony Naralingom, coordinateur du cluster circlemade.brussels : « nous cherchons à réunir trois mondes qui ont leur propres langages, des intérêts différents et des attitudes spécifiques vis-à-vis de l’innovation ». De fait, les mondes institutionnel, académique et économique vont se retrouver au sein d’un espace d’échange, le cluster circlemade.brussels. Ils vont former une communauté dont l’ambition est de favoriser le développement de projet multi-acteurs.

Mais pour cela, ils doivent d’abord apprendre à mieux se connaître. Ce besoin de créer la confiance entre les acteurs de l’économie circulaire a été identifié comme un préalable essentiel à une collaboration, suite à l’expérience déjà menée avec succès par greentech.brussels avec la filière des déchets électriques et électroniques (D3E). « Il ne faut pas minimiser l’aspect humain en allant précipitamment vers les projets concrets », souligne A. Naralingom. Ainsi, la première étape sera celle du réseautage, notamment lors de rencontres de pitching. Mais pas au sens où on l’entend d’habitude : « il ne s’agit pas de ‘faire des contacts’, ici, mais de se rencontrer pour apprendre ce que font les uns et les autres, se parler et apprendre à se connaître », explique A. Naralingom.

Le programme pour 2018 a également prévu des  sessions d’acquisition de compétences lors d’ateliers spécifiques sur les nouveaux modèles économiques, les technologies et les tendances de changement de comportement. Enfin, des groupes de travail vont permettre aux membres de développer de nouveaux marchés en élaborant ensemble des outils sur le commerce, l’offre aux grands comptes et la veille économique. Pour A. Naralingom, « toutes ces activités visent à créer un climat propice à la collaboration sur des projets émanant des membres de la communauté ».

Création de nouvelles filières

Les quatre institutions coordonnant le PREC (Hub.brussels, Bruxelles Environnement, Innoviris et Bruxelles-Propreté), partenaires au sein du cluster, vont apporter leurs compétences et leur expertise pour favoriser le développement de projets en économie circulaire. Cet écosystème pourra ainsi pleinement jouer son rôle de soutien à toutes les étapes de la création de nouvelles filières sur la région Bruxelles-Capitale : poser les idées avec un même langage, établir les priorités des partenaires dans le temps, répartir les activités et les rôles de chacun, et enfin exécuter, lancer et suivre les projets.

L’adhésion au cluster est gratuite « mais elle est réservée aux entreprises bruxelloises démontrant une offre en économie circulaire, qui souhaitent intégrer un écosystème pour grandir dans les principes de l’économie circulaire », conclut A. Naralingom.

Présentations des orateurs